Nouvelles & communiqués

La Classique veut se moderniser

La Classique internationale de canot de la Mauricie vient peut-être tout juste de se terminer, mais l'organisation planche déjà sur certaines idées afin de se moderniser. Parmi celles-ci, l'idée d'être en mesure de diffuser l'événement du premier au 200e kilomètre semble faire son chemin.

Depuis déjà quelques années, cette idée revient dans les discussions, mais les obstacles sont nombreux et, pour la plupart, naturels, puisque l'accès à internet et même aux ondes cellulaires est des plus inconstant sur la rivière Saint-Maurice, particulièrement entre La Tuque et Saint-Jean-des-Piles.

Le président de l'événement, Stéphane Boileau, estime toutefois qu'il s'agit là d'un pas immense afin de permettre à la Mauricie d'apprécier la course en son entièreté, et non pas seulement les départs et les arrivées. Une façon de prolonger les festivités dans chacune des villes de la Classique, dont Trois-Rivières où le maire Yves Lévesque avait émis ce reproche quelques jours avant la dernière édition.

« Il y a des soumissions qui ont été faites pour aller de l'avant, mais pour ce qui est des signaux, c'est très difficile. Si on veut assurer la transmission, il ne faut pas que ça ne fonctionne pas pendant de grands bouts. Mais si nous sommes en mesure d'assurer la diffusion sur les sites de départ et d'arrivée, c'est certain qu'il y aura plus d'activités. »

Une autre arrivée technologique devrait aussi faire sa place l'an prochain, c'est-à-dire un système de chronométrage électronique, ce qui fait grandement défaut en ce 21e siècle.

Source: Le Nouvelliste

RSSToutes les nouvelles