Nouvelles & communiqués

Une tournée mondiale qui commence… à Shawinigan

Richard Petit vit un rêve. «On vient de signer avec une agence de tourneurs américains», laisse-t-il tomber. «Quand on va avoir fini nos spectacles au Québec à la fin de 2016, ça risque de prendre deux ans avant qu'on revienne.» C'est au Centre des arts de Shawinigan, le 2 avril prochain, que débutera la tournée de The Wall Theatre Experience, qui s'annonce mondiale.

L'artiste Richard Petit porte ce projet qui met en valeur l'œuvre culte The Wall du groupe Pink Floyd depuis 2011. Le producteur, metteur en scène, directeur artistique, guitariste et chanteur aime bien dire que le spectacle est passé par trois phases: l'enfance, l'adolescence et, aujourd'hui, l'âge adulte.

«Au début on avait beaucoup d'invités. Ensuite on a fait un casting plus précis. Après le spectacle qu'on a fait au Métropolis il y a un an, on a vraiment triplé la dimension de la mise en scène, les projections, les costumes. C'est vraiment à partir de ce moment qu'on a relancé le spectacle.»

Richard Petit ne parle pas de spectacle hommage ou de comédie musicale. «C'est beaucoup plus grand que ça», explique-t-il. «On dépasse les cadre du film et de l'album, on plonge dans une expérience. Je pourrais dire que c'est une présentation en trois dimensions de l'album The Wall», poursuit-il, décrivant l'immersion complète qu'il propose. «Dans ma mise en scène, on va même répondre à certaines interrogations créées dans le film, c'est comme si on pouvait voir l'envers du décor de certaines scènes.»

L'équipe, connue sous le nom Les Vikings, est également composée de Sébastien Lacombe, qui colle sa voix à celle du chanteur du groupe Roger Waters, de Sylvain Auclair (La Voix 2014), d'Eva Avila (Canadian Idol 2007) et de Meggie Lagacé (Star Académie 2004).

Je pourrais dire que c'est une présentation en trois dimensions de l'album, de la tournée et du film The Wall. Richard Petit, producteur, metteur en scène, directeur artistique, guitariste et chanteur

«Les images du spectacle ont fait le tour du monde. C'est vraiment le début de quelque chose de gigantesque.» Ces images du spectacle de l'an passé se sont rendues jusqu'à la firme américaine Mission Control, Tour direction & management. «C'est un des plus gros diffuseurs de spectacles aux États-Unis, il a fait de nous son spectacle numéro un», réalise à peine Richard Petit. «Ils ont dit que nous étions le meilleur act de Pink Floyd qu'il leur avait été permis de voir.»

Le groupe, qui avait déjà une trentaine de spectacles prévus au Québec en 2016, s'envolera pour les États-Unis, et ailleurs dans le monde, pour les deux années suivantes. «Tous nos spectacles vont être attachés à des célébrations aux États-Unis, et même à travers le monde, pour les 50 ans du groupe Pink Floyd.»

Les Vikings sont conscients des attentes du public lorsqu'on s'attaque à cette oeuvre. «Tu te dois d'avoir un standard qui est ultra top niveau, et nous avons la prétention de faire ça», conclut-il.

Après quelques représentations du spectacle en février, Shawinigan sera la première ville en-dehors de Montréal qui accueillera la production avant qu'elle ne parcoure le Québec, les États-Unis et, qui sait, le reste de la planète.

Source : L'Hebdo du St-Maurice

RSSToutes les nouvelles