Nouvelles & communiqués

Deux artistes shawiniganais en Chine

Les démarches entreprises par une délégation shawiniganaise auprès de différentes instances culturelles chinoises lors d'un voyage de reconnaissance en avril 2018 portent leurs premiers fruits puisque les artistes visuels shawiniganais Marie-Louise Guillemette et Javier A. Escamilla H. participeront à une exposition à Ningbo, en terre chinoise, du 4 au 9 août.

L'événement est le 2019 Hands Across Pacific Art Exhibition, une exposition annuelle regroupant des artistes de neuf pays côtiers de l'océan Pacifique. Le thème privilégié cette année est celui de la mer et les artistes qui participent à l'événement auront l'occasion de prendre part à des séminaires concernant les enjeux du développement des arts et de la commercialisation internationale de la culture.

C'est grâce aux contacts établis lors de leur voyage en Chine que les gens de Culture Shawinigan ont été contactés par les responsables de l'exposition qui étaient à la recherche d'artistes canadiens.

«Nous avons soumis des dossiers de candidature pour cinq ou six artistes, d'indiquer Bryan Perreault, directeur général de Culture Shawinigan et eux ont retenu ces deux artistes. Il s'agit des seuls Québécois qui ont participé au concours de sélection. C'est une première retombée directe des ponts que nous avons établis avec la Chine ces dernières années.»

D'autres avenues ont été ouvertes par ces rencontres dont l'exportation éventuelle du spectacle musical d'Amos Daragon Le Phénix vers l'empire du Milieu. Les démarches allaient bon train il y a quelques mois et devaient inclure la participation de deux artistes de scène chinois pour travailler à l'élaboration du Phénix à Shawinigan. Le froid dans les relations diplomatiques entre la Chine et le Canada depuis l'interpellation de la vice-présidente de Huawei par les autorités policières canadiennes a cependant marqué une pause dans plusieurs dossiers.

«Plusieurs projets ont été mis sur pause ou au moins ralentis mais on sent présentement un certain réchauffement dans les relations, d'indiquer le directeur général. D'ailleurs, une délégation de la ville soeur chinoise de Shawinigan, Qingyang, devrait venir nous visiter en décembre prochain. Ça devrait permettre de relancer certains dossiers dont celui de l'exportation du Phénix en Chine qui a été retardé mais qui demeure assurément sur les rails. Disons que la collaboration a été plus laborieuse que prévu initialement, mais que le vif intérêt des deux parties demeure.»
Dans un même ordre d'idée, Perreault se dit satisfait des ventes de billets aussi bien pour Le Phénix, présenté au Centre des arts que pour La promesse de la mer qui occupe la scène de la Maison de la culture Francis-Brisson.

«Ça va bien et on est bien contents, mais je dois dire qu'on constate que les ventes sont plus difficiles que ça l'avait été l'an dernier pour Atlantique Solo. Le phénomène qu'on constate, c'est qu'on a une affluence inespérée pour toutes les activités gratuites d'Un été signé Shawinigan, mais que c'est un peu plus difficile pour les spectacles payants sans qu'on sache véritablement pourquoi. Il semble qu'il nous faille travailler plus fort pour amener du monde dans les salles.»
Cela dit, le succès est suffisant pour que le dg puisse garantir que les deux spectacles seront de retour aux deux mêmes endroits l'été prochain.

Retour de Gilles Dessureault

Dans ce contexte, Culture Shawinigan ne peut que se réjouir de sa décision d'embaucher un coordonnateur au marketing en la personne de Gilles Dessureault, un Shawiniganais qui avait fait sa marque dans la région avant un exil d'une vingtaine d'années dans d'autres régions du Québec dans des fonctions similaires.

«Cette expertise nous manquait et il va nous permettre de mettre en place un plan de marketing bien structuré pour faciliter les ventes, ce qu'on n'avait pas», d'expliquer Bryan Perreault.

Arrivé en poste le 3 juin dernier, Gilles Dessureault a indiqué pour sa part qu'il travaille présentement à élaborer un plan de marketing, mais qui sera véritablement effectif en fonction de l'année prochaine.

«J'ai une bonne expertise dans le marketing culturel pour m'y être consacré dans le passé pour le compte de différentes salles de spectacles ailleurs au Québec. Je vais mettre en place une stratégie bien établie et qui a fait ses preuves, mais compte tenu du temps nécessaire à l'implantation et parce que je suis arrivé en poste alors que la saison estivale était déjà commencée, c'est l'année prochaine qu'on va vraiment en constater les effets.»

«Le défi qu'on me propose à Shawinigan est très motivant et je n'ai pas de doute que ça va bien fonctionner. Je trouve que ce qu'on a mis en place au niveau culturel est très stimulant et je trouve que Bryan Perreault amène beaucoup de dynamisme à Culture Shawinigan.»

Source : Le Nouvelliste

RSSToutes les nouvelles